Actualités


Interview : Jonathan Galland, compositeur !

Timothée Schuler : HELLO JONATHAN ! C’EST MOI QUI AI L’HONNEUR DE T’INTERVIEWER POUR TW. TU AS GRANDI À PARIS ET TU ES PASSIONNÉ DE MUSIQUE ?
Jonathan Galland : Exact. Depuis tout gamin j'ai été fasciné par la musique. Je suis également passionné de cinéma et la composition à l’image est pour moi le parfait moyen de faire carrière dans les deux !

TU ES TOI-MÊME MUSICIEN ? Y EN A-T-IL D'AUTRES DANS TA FAMILLE ?
Je ne viens pas vraiment d'une famille d'artistes, mais j'ai eu la chance d'être exposé à l'art depuis aussi longtemps que je me souvienne. J’ai commencé ma formation musicale à l’âge de 3 ans et le violon à 7.

TU PEUX NOUS PARLER DE TON PARCOURS ?
J'ai été formé en conservatoire jusqu’à mes 14 ans, et j’ai tout simplement fini par orienter mes études scolaires vers le domaine musical : tout d’abord en Brevet de Technicien des Métiers de la musique au lycée de Sèvres section musique, puis à l’Institut Supérieur des Techniques du Son, au sein de l’Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle à Paris.
Je vis maintenant aux États-Unis (depuis 2011) où je compte terminer mon master 2 en musique à l’image et design sonore à l’Academy of Art de San Francisco.

POURQUOI SAN FRANCISCO ?
À l’époque où je suis parti, il n’y avait pas beaucoup de choix pour une école technique et artistique de niveau master en France.

ET TU AS DÉJÀ EU L’OCCASION DE BOSSER SUR DES GROS PROJETS ?
En tant qu’étudiant je ne peux malheureusement pas me consacrer à plein temps sur des longs-métrages. La plupart de mes collaborations ces dernières années sont donc sur des courts-métrages, qui se retrouvent dans des festivals comme Sundance ou Cannes.

ENTRE LES FESTIVALS ET LE CINÉMA, QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ?
Pour un festival, les courts-métrages sont souvent très variés, mais manquent parfois de budget. Cela reste un excellent entrainement et un moyen de faire apparaître mon nom à l‘écran devant le monde professionnel.

QUELLE EST TA PARTICULARITÉ A TOI ?
Je compose principalement de la musique orchestrale à laquelle j’ajoute du design sonore et des instruments ethniques. Je considère la musique comme un tableau, et les sons comme les couleurs qui le composent. En agrémentant l’orchestre traditionnel d’instruments originaux et de sons non conventionnels, ma palette d’expression est quasi-inépuisable. Le style « Hollywood blockbuster » c’est aussi ce qui fait saliver la plupart des gens. J’en ai fait ma spécialité.

COMMENT AS-TU ÉTÉ AMENÉ À TRAVAILLER AVEC TRUSTWONDER ?
J'ai été mis en contact avec Michel Jacky (réalisateur d’Edahlion) par le biais d'une rencontre Portes Ouvertes (une association qui soutient les chrétiens persécutés dans le monde). Nous avons tout de suite partagé notre commune passion pour le cinéma et la musique, et avons débuté notre collaboration alors que le projet Edahlion n’était encore qu’une idée.

UNE RENCONTRE PUREMENT HASARDEUSE D’APRES TOI ?
Les meilleures rencontres sont souvent les plus imprévues, mais rien n’arrive par hasard.

TU VAS DONC COMPOSER POUR LE FILM EDAHLION, MAIS QUEL EST TON SALAIRE, ET QUELLE EST TA MOTIVATION ?
Je suis assez impressionné par ce qui a déjà été fait avec un budget que le monde professionnel qualifierait de quasi-nul. Je vois un grand potentiel dans Edahlion, qui s’est créé au sein d’une équipe soudée, motivée, passionnée, persistante, et très ambitieuse. Je crois de tout mon cœur qu’avec de telles qualités, tout devient possible.
Je veux moi aussi promouvoir ces valeurs qui sont malheureusement si rares de nos jours, et me range donc aux côtés d’une armée de volontaires pour prouver au monde qu’un budget n’est pas le facteur essentiel d’un film de qualité.

AS-TU DÉJÀ COMMENCÉ À ÉCRIRE POUR EDAHLION ?
J'ai déjà composé quelques thèmes, mais j'attends de recevoir l’image pour écrire quelque chose de concret. J’ai terminé plus récemment la musique de la première bande-annonce, sortie le 15 avril dernier.

EST-CE QUE C'EST POSSIBLE DE TRAVAILLER À DISTANCE, TOI À SAN FRANCISCO, L'ÉQUIPE DE MONTAGE ICI EN ALSACE ? QUELLE EST LA MANIÈRE DE TRAVAILLER ?
Échanger des fichiers n’a jamais été aussi facile qu’aujourd’hui avec internet. Il faut bien entendu rester en contact permanent et s’assurer que tout le monde soit sur la même page. Les malentendus peuvent arriver très vite !

DONC PAS BESOIN DE VRAIS MUSICIENS ?
Oui et non. Comme la plupart des compositeurs qui travaillent à l’image, j’utilise à la fois des banques sons (instruments virtuels) et de vrais instrumentistes et voix enregistrées en studio. Je m’occupe également du mixage de la musique. Le rendu final sera aussi réaliste qu’avec un vrai orchestre.

JE TE REMERCIE AU NOM DE TOUTE L’ÉQUIPE DE TON AIDE PRÉCIEUSE POUR LA MUSIQUE DU FILM ! LES FANS, ET TOUS CEUX QUI NOUS SUIVENT ONT HÂTE DE VOIR LA SORTIE DU FILM RAPIDEMENT. MERCI JONATHAN, ET BON COURAGE !
Le plaisir est pour moi ! Je crois qu’on a tous hâte de voir le produit fini !